Petit poème inspiré par le regard attristé des enfants devant le spectacle de la tronçonneuse qui débitait ce vieil arbre :

DSC02216

Le vieux noyer est mort

Ses branches jonchent le sol

C'est un bien triste sort

A sa place un vulgaire parasol

Viendra ombrager nos déjeuners dehors.

Il n'accueillera plus les enfants téméraires

Qui tentaient d'en atteindre la cime

Le jardin semble bien désert

Depuis cet élagage ultime.

Il ne donnait plus de noix

Alors nous l'avons condamné

A finir en rondins de bois

Pour alimenter notre cheminée.

Une vie à prendre racines

Cinq minutes pour tomber

C'est la fin qui se dessine

Quand le bûcheron vint à couper.

Il ne reste plus aujourd'hui

Que cet amas de branches

Et je n'ai pas encore choisi

Quel arbuste livrera sa revanche.