54754

La sieste (Pierre BONNARD 1900)

J'ai choisi en cette période estivale de vous faire l'apologie de la sieste, ce "petit bonheur" que trop souvent l'on ne s'accorde que pendant les vacances.

Quand à la mi-journée vos paupières sont lourdes, qu'une soudaine torpeur envahit votre corps, que ce maudit Morphée vous tend les bras alors que vous avez 1000 choses à faire, NE LUI RESISTEZ PAS, accordez lui cette faveur...Au fond d'un lit douillet, dans un hamac entre 2 arbres, ou lové dans un fauteuil devant un feu de cheminée, la sieste reste un moment privilégié dont on aurait tort de se priver.

Quelque soit le lieu ou la saison, une petite sieste est toujours un moment délicieux : sieste éthylique après un déjeûner trop arrosé, sieste réparatrice après un effort physique, ou encore sieste caline avec un partenaire...tout est bon à prendre. J'aime cette pause qui nous plonge quelques minutes au pays des songes en faisant fi du quotidien et de ses contraintes. Dans cet état d'indolence, notre esprit s'évade et la réalité ne nous apparait plus qu'en pointillés. Cest un moment propice où la baisse d'activité corporelle est associée à une suractivité spirituelle accompagnée chez certains de nos congénères d'un léger ronflement ! Parfois un petit soubresaut, lié au relachement musculaire, vient troubler cette plénitude avant de nous laisser replonger avec délice dans le monde onirique.

Si certains d'entre-vous ont encore des scrupules à s'accorder ces quelques minutes d'oisiveté, sachez que la sieste n'est jamais du temps de perdu mais du temps gagné car vous serez plus performant au réveil et que vous économiserez 1 à 2 h de sommeil sur votre prochaine nuit.

Si vous n'êtes pas encore un(e) adepte de cette pratique, j'espère vous avoir convaincus. Quant à moi, assez de théorie, je passe à la pratique...