dsc01663

Je sais que vous êtes tous impatients de savoir comment s'est déroulé ma croisière. Non ? Faites semblant au moins, il me tarde de vous la raconter.

Je vais vous épargner les détails fastidieux d'un récit chronologique, je vais juste vous faire le récit d'une journée à bord.

La journée débutait dès poltron minet par un copieux p'tit dej afin de recharger les batteries après une soirée arrosée. Non rassurez-vous, il ne pleuvait pas tous les soirs, mais l'amplitude thermique entre le climat breton et la météo turque obligeait notre organisme à s'hydrater une bonne partie de la nuit. Question de survie !

Les plus courageux (ou les plus fous), dont je faisais partie, avaient déjà effectué un jogging sur les chemins escarpés peuplés de lézards, de tortues, de poules (non confinées) et d'insectes en tous genres pour transpirer le surplus de rosé ingurgité la veille.

Après le p'tit dej, j'imposais à mes congénères féminines une séance de gym pour renforcer leurs abdo-fessiers et offrir à leurs conjoints un spectacle gratuit : 10 paires de fesses en l'air sur le pont du bateau ! Je vous fais grâce de leurs commentaires...La séance se clôturait par 5 minutes d'aquagym en pleine mer avant de s'affaler sur les matelas pour une 1ère sieste bien méritée. Après tant d'efforts, nous pouvions envisager sereinement l'apéro du midi qui annonçait déjà la fin de la matinée.

dsc01691

Ce jour là nous avions rendez-vous avec le tant regretté skipper des éditions précedentes nommé Houcine qui n'avait pu se libérer cette année pour nous accompagner. Nous nous sommes amarrés dans une crique près d'un bateau inconnu en attendant la venue du fameux Houcine et de son équipage. Quelques verres de raki pour patienter et dès qu'il apparut, il mit le feu à bord, surtout chez les filles...C'était comme si elles revoyaient un ancien amant dont leur corps n'avait pas oublié l'étreinte.

Notre capitaine n'était plus maître à bord et une mutinerie s'organisa pour supprimer le déjeûner et prolonger l'apéro en se nourissant uniquement de savoureux beignets de courgettes plus gras que ma crème solaire ! L'ambiance montait et la musique aussi quand nous aperçûmes sur le 3ème bateau un groupe de nanas qui dansaient sur le toit en adoptant des postures plus que suggestives. La paire de jumelles fut prise d'assaut par les mecs qui voulaient savoir si ça valait la peine de répondre à leur provocation. C'est ainsi que 2 ou 3 d'entre-eux montèrent également sur le toit de notre bateau pour improviser une chorégraphie autour du mât. Non mais, on va tout de même pas se laisser impressionner !!

C'est alors que Houcine nous appris que son bateau, qui nous séparait de la bande d'allumeuses, était peuplé de Brestois. Miséricorde... l'après-midi s'annonçait plus chaude que prévue. Nous décidâmes alors avec quelques copines de piquer une tête dans la mer Egée, afin de retrouver nos esprits embrumés par le Raki et d'aller saluer nos amis bretons. L'accueil fut plutôt distant. Après leur avoir kidnappé leur skipper, ils avaient peur qu'on ne leur vide leur bar. Quelle idée ! loin de nous cette pensée, il ne s'agissait qu'une visite de courtoisie entre compatriotes. Après quelques "Yehed Mad" quand même, on sait rester poli, on décida de replonger pour rendre visite au 3ème bateau, celui des filles...Nous faillîmes rebrousser chemin à quelques brasses de leur échelle d'accès tant notre présence semblait indésirable. Devant notre hésitation, l'une d'elle nous adressa un grand sourire et nous fit signe de monter à bord. Comme nous le soupçonnions, leur bateau était constituée essentiellement de femmes de 30 à 50 ans toutes vêtues d'un maillot de bain blanc. Devions nous y voir le symbole de la virginité ??? Je ne crois pas. Elles étaient accompagnées de 2 têtes de turc moustachus aux regards hostiles qui formaient l'équipage.

Après 2 ou 3 politesses d'usage à l'ensemble du bateau, j'engageais la conversation avec celle qui nous avait accueilli. Elle était coiffée d'une longue crinière rousse et semblait être le porte-parole de ces "oies blanches" dotées d'un fort accent belge. Elle nous expliqua qu'elles venaient toutes de Wallonie et que chaque année, depuis 8 ans, elles effectuaient ensemble une croisière. Devant le nombre croissant de femmes divorcées dans leur groupe, elles avaient décidé de partir qu'entre nanas. Elles disaient passer leur journée à ne parler que de c..(bip) et ne tolérer comme présence masculine que les 2 membres (le mot est choisi) de l'équipage. Leur 2 "body-guard" décidèrent soudainement de lever l'ancre. Ces Belges étaient très sympathiques mais nous n'avions nullement l'envie de terminer notre croisière en leur compagnie d'autant plus qu'elles venaient de nous annoncer qu'elles étaient en rupture de stock de rosé depuis 3 jours ! J'aperçus alors la barque de notre bateau dirigée par 2 représentants de la gent masculine qui tentaient désespérément en ramant comme des naufragés de nous rejoindre. Je compris aussitôt la volonté des hommes d'équipage de prendre le large, ils respectaient scrupuleusement les consignes de leurs protégées.

Un échappé, plus téméraire et surtout plus motivé que ses copains, réussit à atteindre à la nage le bateau en bravant les 2 turcs qui tentaient de l'en dissuader à coups de rames ! J'essayais de convaincre les filles que ses intentions étaient saines et que de toutes façons il préférait les hommes...Rassurées elles acceptèrent de le hisser à bord. Il leur affirma que sa visite était totalement désintéressée. Mon oeil ! Il était envoyé en éclaireur par ses potes pour savoir si ça valait le déplacement. Elles furent même prêtes à accepter ses copains en échange d'une caisse de rosé ! La chair est faible...

Pendant ce temps, les 2 cerbères semblaient très contrariés et malgré les protestations des filles, avaient larguer les amarres et mis le cap au large. Nous fûmes donc une nouvelle fois contraints de nous jeter à l'eau pour regagner notre bateau.

Quelle aventure ! Une petite sieste pour se remettre de tout ça et l'apéro du soir était déjà annoncé. La journée n'était pas terminée...

dsc01712

Voilà le récit, un peu long je m'en excuse, d'un épisode de notre "croisière s'amuse". Des volontaires pour l'année prochaine ???